Ecodroit

Votre blog dédié au Droit et à l'Économie !

Menu Close

Développer l’expérience collaborateurs en entreprise : comment s’y prendre ?

Développer l’expérience collaborateurs en entreprise permet de nouer un lien fort et durable entre celle-ci et son personnel. Ce concept de management regroupe l’ensemble des interactions et expériences vécues par un salarié à des moments clés de sa carrière en entreprise. EN LIRE PLUS

Divorcer sans avocat, est-ce possible ?

Pour de nombreux couples, faire face à une procédure de divorce est un processus qui peut être difficile, mais qui peut aussi représenter des coûts plus ou moins importants. Afin de faciliter la procédure de divorce et de limiter les coûts, il est possible de mettre en place différentes actions, mais peut-on véritablement se passer des services d’un avocat ? En effet, de nombreux couples sont bien souvent d’accord sur les modalités du divorce et opteront alors pour un divorce par consentement mutuel, mais est-il possible d’opter pour un divorce sans avocat ? Réponses !

Les différents types de divorces

En cas de séparation d’un couple et de projet de divorce, faire appel à un avocat spécialisé en divorce est bien souvent conseillé pour faire valoir ses droits et faire en sorte que la procédure soit prise en charge par un professionnel. On compte généralement cinq types de divorces : le divorce par consentement mutuel, le divorce contentieux, le divorce pour faute, le divorce pour altération définitive du lien conjugal et le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage.

Le divorce par consentement mutuel peut aussi être appelé divorce à l’amiable. Il s’agit de la procédure de divorce la plus rapide, simple, et la moins coûteuse. Elle peut être choisie lorsque les deux époux sont d’accord sur les modalités du divorce (partage des biens, garde des enfants, etc.).

Il y a ensuite le divorce contentieux qui est un divorce qui est mis en place lorsque les époux ne sont pas d’accord sur les modalités du divorce telles que le partage des biens immobiliers par exemple (plus d’informations sur le sujet sur le blog Immoz), la garde des enfants ou encore le montant de la pension alimentaire. Des négociations doivent donc être mises en place ce qui peut rendre ce type de divorce long et parfois coûteux.

Le divorce pour faute est lui aussi un divorce dit contentieux. Ce type de divorce est demandé lorsque l’un des époux commet une faute conjugale durant le mariage. C’est donc au juge de décider si une faute a bien été commise et en ce sens, si des dommages et intérêts doivent être versés.

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal est aussi un divorce contentieux. Pour que ce divorce soit mis en place, les époux doivent avoir mis fin à leur vie commune depuis au moins deux ans. L’un des époux peut alors demander que le divorce soit prononcé et s’il est en mesure de prouver qu’il y a une rupture de la vie commune depuis plus de deux ans, le juge prononcera le divorce.

Enfin, il y a également le divorce sur acceptation du principe de la rupture du mariage. Il s’agit d’un divorce proposé lorsque les époux sont d’accord sur le fait de divorcer, mais pas sur les termes du divorce. Il s’agit donc d’un divorce entre le divorce à l’amiable et le divorce contentieux (plus d’informations sur les différents types de divorces ici).

avocat pour un divorce

Faut-il obligatoirement faire appel à un avocat ?

Le divorce nécessite de faire obligatoirement appel à un avocat, car certains documents juridiques nécessitent d’être rédigés par un professionnel même dans les cas de divorces à l’amiable. Néanmoins, si les époux se sont mis d’accord et souhaitent réduire les coûts, ils pourront choisir le même avocat dans le cas d’un divorce par consentement mutuel. En revanche, lorsqu’il s’agit d’un divorce contentieux, chacun des époux devra faire appel à son propre avocat. L’intervention d’un avocat n’est donc pas simplement conseillée dans le cas d’un divorce, elle est obligatoire.

Avocat Évry : comment trouver un avocat dans le 91 ?

Divorce, succession, litige, ils sont nombreux les motifs pour lesquels vous voudriez vous offrir les services d’un avocat. Trouver non loin de soi un de ces professionnels de l’assistance juridique n’est pas toujours très évident. Il est tout à fait possible de tomber sur l’un d’eux soit parce qu’une connaissance a soufflé son nom, soit parce que sa réputation l’a précédé, certes. Mais l’on admettra sans peine que trouver un avocat de cette façon n’est jamais garanti. Êtes-vous en quête d’un avocat à Évry ? Voici ce qu’il vous faut faire. EN LIRE PLUS

Selenca : l’expert de la mise aux normes des exploitations agricoles

L’agriculture est un domaine où coexistent de nombreux risques professionnels pouvant porter atteinte à l’intégrité physique des travailleurs. Mettre aux normes une exploitation agricole n’est pas simple. D’où le besoin, pour les exploitants, de se faire accompagner, dans leur démarche de sécurisation et de mise aux normes, par des spécialistes en gestion de risques agricoles comme Selenca.
Dans les exploitations, les agriculteurs et leurs collaborateurs manipulent quotidiennement de nombreux engins lourds, emploient de manière récurrente des produits chimiques et se retrouvent souvent dans des positions de travail inconfortables. Autant d’éléments leur faisant courir d’importants risques tels que les accidents, les intoxications ou encore des maladies invalidantes.
Dans un tel contexte, un certain nombre de normes ont été élaborées au fil des années. Indispensables, elles n’en demeurent pas moins souvent un casse-tête pour les exploitants agricoles et leurs employés. Deux types d’équipements sont notamment visés : les protections individuelles et les protections collectives.

Les équipements de protection collective (EPC) et individuelle (EPI)

Les agriculteurs doivent d’abord miser sur la prévention en proposant des équipements de protection collective (EPC). Ces EPC protègent toutes les personnes se trouvant à proximité d’un danger ou d’un risque. Il s’agit de panneaux de signalétiques, de systèmes anti-projection, de capots insonorisants sur les engins, de barrières ou de grilles de protection, qui permettent de prévenir de nombreux dangers sur un site d’exploitation agricole.

Les EPC rappellent aussi les règles d’utilisation, les informations sur la dangerosité d’un produit, ou encore la prise en compte de l’environnement dans lequel se situe l’exploitation.

Les agriculteurs veilleront ensuite à mettre à disposition des équipements de protection individuelle (EPI), destinés à protéger chaque travailleur contre des dommages. Ces EPI sont classés en famille selon qu’ils protègent les voies respiratoires, la tête, la vue, le corps, les pieds, l’ouïe, les mains ou encore le visage.

Ou par niveau de dangerosité du risque professionnel : le niveau 1 pour un risque estimé faible, le 2 pour les risques intermédiaires et le 3 qui couvre les risques jugés irréversibles ou mortels. Parmi les EPI citons les blouses, les combinaisons phytosanitaires, les gants, les lunettes de protections, les casques, les visières, les bottes etc.

normes agricoles

Selenca pour accompagner les agriculteurs dans leur mise en conformité

Pour accompagner les exploitants agricoles dans leur démarche de sécurisation et de mise aux normes, l’entreprise française Selenca, spécialiste en gestion de risques agricoles, propose des équipements de protection individuelle (EPI) et collective (EPC) en conformité avec le Code du Travail.

Selenca assure également à ses clients la mise en place d’un système sécuritaire complet, basé sur une stratégie omnicanale, en lien avec les besoins et les attentes spécifiques. Par ailleurs, l’entreprise a conçu une application en ligne dédiée aux exploitations agricoles. Cet outil, qui sert à mettre en place un pré-diagnostic des besoins de l’exploitation, permet d’identifier les risques auxquels les équipes sont exposées au quotidien dans leur travail.

La commande publique, une opportunité pour votre entreprise

Que vous soyez en difficulté pour trouver de nouveaux clients ou non, les marchés publics représentent une véritable opportunité pour obtenir de nouveaux contrats pour votre entreprise.

EN LIRE PLUS

Comment évolue la valeur de l’or ces 10 dernières années ?

Si l’on considère les 10 dernières années, il est facile de constater l’évolution progressive du prix de l’or, avec une hausse plus marquée durant les 3 derniers mois, à cause de la crise sanitaire de la Covid-19. Lors de la dernière session de 2010, la valeur de l’or était de 34 € lingot d’or, s’établissant 10 ans après à 53 000 € le lingot de 1 kg. Une hausse de plus de 30 %, qui reste modérée comparée à la décennie précédente. En effet, le prix de l’or sur les marchés a quintuplé entre 2000 et 2010, durant des années consécutives d’évolution. EN LIRE PLUS

Succession, comment calculer mes droits ?

Après un décès, les ayant-droits du défunt perçoivent une partie de l’héritage, mais ils doivent aussi payer des droits de succession. Cependant, la loi prévoit des abattements importants pour les membres de la famille. Décryptage. EN LIRE PLUS

Victime d’accident de la route – comment être indemnisé ?

Toute personne victime d’accident de la route et de dommages corporels a le droit à une indemnisation. Bien entendu, un processus comprenant plusieurs démarches est nécessaire pour en bénéficier. Comment être indemnisé ? Ce guide vous détaille la question en long et en large. EN LIRE PLUS

Toutes les informations importantes à savoir sur les statuts EURL

Lorsque vous créez une entreprise en étant une personne morale, il est essentiel que vous effectuiez une sélection d’un statut juridique. Vous pouvez mettre en place une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée ou une EURL qui représente une Société à Responsabilité Limitée ou SARL mais qui ne dispose que d’un seul associé. EN LIRE PLUS

Le rôle de l’avocat dans une procédure de divorce amiable

Quand rien ne va plus dans le mariage, le divorce s’avère être la meilleure solution. EN LIRE PLUS