Quelles sont les législations autour du divorce en France ?

Quand la vie en couple ne fonctionne plus, le divorce devient acceptable et parfois même nécessaire. Cependant, le fait qu’un couple soit brisé ne doit à aucun moment déclencher une série de problèmes supplémentaires et conflits juridiques susceptibles de gêner considérablement le processus à suivre pour résoudre ce problème sentimental et familial. Les conjoints doivent faire preuve de maturité et de cohérence et une prendre conscience des faits.

Les circonstances du divorce en France

En France, le divorce peut se produire dans plusieurs circonstances :

  1. Divorce par consentement mutuel

Si les époux acceptent de divorcer, ils peuvent demander la dissolution du mariage en déposant un accord établissant les conséquences du divorce. Le juge accepte l’accord s’il constate que la volonté de divorce est réelle et que chaque conjoint a donné son consentement librement et consciemment. Cependant, le juge rejettera l’accord s’il ne tient pas suffisamment compte des intérêts des enfants ou de l’un des époux.

  1. Acceptation du principe de la rupture du mariage

Le divorce en France peut être demandé par l’un ou l’autre des époux ou par les deux quand ils ont reconnu que le mariage avait échoué, quels que soient les faits qui l’ont provoqué. Une fois la pause acceptée, il n’est plus possible de se rétracter, même en appel. Si le juge vérifie que les deux époux ont donné leur consentement librement, ils prononceront le divorce et ce sera lui qui en établira les conséquences.

  1. Altération définitive du lien conjugal

Dans ce cas, les époux vivent séparés depuis au moins deux ans, ce qui signifie que le lien matrimonial a été modifié de façon permanente. De cette manière, le divorce peut être demandé par l’un des époux.

  1. S’il y a lieu de divorcer

Dans ce cas, le divorce en France peut être poursuivi par l’un des époux en raison d’une violation grave des droits et obligations du mariage par l’autre époux, ce qui rend le maintien de la vie en commun intolérable.

Les effets du divorce en France

Les effets juridiques du divorce en France sur le plan personnel entre époux sont la rupture de la fidélité et de la cohabitation. Cela signifie que les deux conjoints sont libres de se remarier. De plus, chaque conjoint reprend l’usage de son nom de famille, mais la femme peut conserver le nom de son mari dans certains cas. Les biens sont répartis en fonction de la liquidation du régime matrimonial, sauf pour la faute de l’un des époux.

Les enfants en cas de divorce en France ne subissent pas de conséquences particulières puisque les deux parents doivent continuer à contribuer à leurs besoins et à leur éducation. Malgré le fait que le divorce en France supprime l’obligation d’assistance mutuelle, il existe des cas dans lesquels l’un des époux peut prétendre à une pension alimentaire ou lorsque, à la suite du divorce, il existe une disparité dans les conditions de vie respectives.

Les différentes formes de divorces

Divorce par consentement mutuel : de par son caractère non-contentieux, le système du divorce en France repose sur l’accord de principe des époux et ses implications : liquidation du régime matrimonial, abandon du domicile principal, garde des enfants, exercice de l’autorité parentale, droit de visite et de logement, etc.

Divorce sur le principe de la rupture : choisi par les époux consentants au divorce, mais qui ne sont pas d’accord sur les enjeux : pension alimentaire, tutelles parentales… C’est la procédure de divorce litigieux la moins contraignante. Ce régime de divorce en France peut être demandé par l’un des deux époux, ou les deux conjointement, sous la forme d’une requête devant la Haute Cour. Ils sont alors tenus se faire accompagner d’un avocat.

Divorce pour faute : en cas de manquement grave et récurrent à une obligation matrimoniale, qui rend la vie commune impossible, c’est le comportement qu’un conjoint peut reprocher à son conjoint et qui est susceptible de justifier un divorce pour faute. La contrainte consiste en la difficulté de prouver la faute, l’adultère, l’abandon du domicile conjugal, la violence verbale ou le manque de participation aux responsabilités de la vie familiale.

Divorce pour modification du lien conjugal : basé sur la faute, dans sa forme atténuée, ce genre de divorce en France permet de divorcer en cas de séparation pour au moins deux ans. Le demandeur doit être en mesure de prouver cette séparation. Pour prouver la séparation, les factures de gaz et de téléphone fixe au nom du demandeur doivent être présentées.

Un mode de divorce plus économique !

Ceux qui ont traversé la détresse amère d’un divorce savent à quel point une procédure peut être compliquée et devrait être plus simple ; surtout, s’il y a des enfants et des biens impliqués. La décision impliquait trois années de processus et des dépenses supérieures à 4 000 €. Parfois, ces situations ne servent que l’un des conjoints.

Depuis 2016, une réforme juridique sur le divorce en France facilite le divorce par consentement mutuel sans avoir recours à un juge. L’un des aspects les plus importants de la réforme est que non seulement le coût du divorce est limité à 50 €, mais que le certificat est délivré dans quelques semaines, ce qui permet à chacun de reprendre sa vie conjugale avec une autre personne rapidement.

Avant la réforme juridique, même les divorces par consentement mutuel, pouvaient prendre un an ou plus pour prendre effet ; ceci était dû au manque de magistrats et aux encombrements habituels des tribunaux. De plus, si le couple décide finalement de ne pas divorcer, il dispose d’un délai de grâce de 15 jours avant que le divorce ne soit définitif.

Les points les plus évidents du divorce en France ont essentiellement les mêmes finalités que dans de nombreux autres pays, à savoir protéger les droits des enfants tout en résolvant les problèmes des époux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *